Le chapeau de Barentsz : la route du grand nord

15,00

Résumé

J’entends une avalanche de mots glissant sur les cartes approximatives du temps. Je vois Willem Barentsz illuminé : il est penché sur un planisphère éclairé d’une flamme vacillante, relevant brutalement la tête pour dire : « Il me faut relier le Nord. En avant toute ! ». Le navigateur néerlandais Willem Barentsz (1550-1597) avait un jour imaginé rejoindre la Chine par le Nord. Il longea les côtes de Norvège, de Russie et de Sibérie par la mer qui porte aujourd’hui son nom.
Au troisième voyage, prisonnier des glaces, il démonta son navire et livra une lutte à mort contre le monde polaire. Quatre siècles plus tard, autour d’un carnet de bord retrouvé en Norvège, Emmanuel Rimbert entame une quête fabuleuse. Happé par le courage et la volonté de Barentsz, il embarque à ses côtés, poursuit des sillages dessinés à la plume et nous entraîne vers le Grand Nord. Sa route croise celle d’une ravissante chercheuse de l’Institut polaire, d’un barman norvégien, d’un pêcheur irlandais, de William Shakespeare, d’ours polaires et d’autres personnages merveilleux.
Contre le froid et la glace impénétrable, chaque moment est une ode à la vie. Une ode au voyage.

Livre écrit par

RIMBERT, Emmanuel

Collection

Je est ailleurs

Détails

ISBN : 978-2-35074-147-5Date de parution : 10/2009Poids : 0.193kgDimensions : 13x20cmPages : 174

Extrait

« Tu seras un errant parcourant le froid. » Pour la première fois le navigateur Willem Barentsz m’a parlé avec ces mots. La râpe du vent faisait balancer les îlots de glace suspendus à sa barbe. La flamme de la bougie oscillait aussi. Ses lèvres, bien dessinées, semblaient sautiller. Il avait le nez droit, les sourcils salés, le visage légèrement torturé, le teint hâlé du marin.

Je me suis toujours plu à croire que les vents guidaient nos parcours : qu’ils sont la cause de nos tourbillons. Ils font tourner la terre et dessinent les mappemondes d’un autre souffle.

1
    Mon panier
    Baltique(s)
    1 X 15,00 = 15,00