SAND, George

1804. – Aurore Dupin, future George Sand, naît à Paris le 1er juillet. 1808. – À Nohant, le père d’Aurore se tue en tombant de cheval. 1809. – La mère d’Aurore attribue officiellement la tutelle de sa fille à sa grand-mère. Aurore verra quelquefois sa mère à Paris, mais elle est élevée principalement à Nohant. Son précepteur la fait habiller en garçon. Son enfance se passe au milieu des paysans et des châtelains. 1818. – Elle entre comme pensionnaire au couvent des Augustines anglaises, à Paris. Elle écrit ses premiers essais littéraires pour ses camarades. 1820. – Elle quitte l’institution au printemps, après avoir connu l’été précédent une véritable crise mystique. 1821. – Avec le décès de sa grand-mère, le 26 décembre, Aurore Dupin se trouve sous la tutelle partagée de sa mère et d’une tierce personne choisie par Madame Dupin. 1822. – Au printemps, elle séjourne chez des amis de son père. Elle y rencontre François-Casimir Dudevant qu’elle épouse le 17 septembre. 1823. – Malgré la naissance de leur fils, Maurice, le 30 juin, le mariage est un échec. 1828. – Après une liaison avec Stéphane Ajasson de Grandsagne, un jeune noble des environs de Nohant, Aurore met au monde Solange. 1830. – Le 30 juillet, elle fait la connaissance de Jules Sandeau qui devient son amant. Ils publient ensemble un premier roman, Le Commissionnaire, sous le nom d’Alphonse Signol, un romancier décédé. 1831. – Après avoir découvert un testament injurieux fait par son mari, Aurore Dudevant obtient de partager son temps entre Nohant et Paris où elle vit avec Jules Sandeau. Ils publient Rose et Blanche sous le pseudonyme commun de Jules Sand. Elle reprend le costume masculin qui lui permet de se déplacer en toute tranquillité. Au mois de novembre, Valentine, premier roman berrichon, porte pour nom d’auteur George Sand. Elle place des articles au Figaro et entame une collaboration avec La Revue des Deux Mondes. 1832. – Elle écrit et publie seule Indiana qu’elle signe George Sand. 1833. – Elle a une liaison tourmentée avec Alfred de Musset. Ils partent à Venise où Musset, malade, abandonne sa maîtresse en compagnie du médecin vénitien Pagello. Ce séjour inspirera à George Sand des contes vénitiens et les Lettres d’un voyageur. La fin de l’année est faite de ruptures et de réconciliations avec Musset. Publication de Lélia. 1834. – Publication du Secrétaire intime et de Jacques. L’écrivain trouve l’indépendance financière avec la vente de ses livres. Elle regagne Nohant. 1836-1837. – Le 16 février, séparation officielle des époux Dudevant. En septembre, George Sand voyage en Suisse avec ses enfants en compagnie de Franz Liszt et Marie d’Agoult. Sous l’influence du musicien, elle s’intéresse au christianisme social de Lamennais. Elle se lie aussi avec le critique Sainte-Beuve, l’actrice Marie Dorval et d’autres personnalités du monde des lettres et des arts. Publication de Simon, puis de Mauprat. 1838-1839. – Liaison avec Frédéric Chopin. De novembre à mars 1839, ils séjournent à Majorque, avec ses enfants. À son retour, Sand s’essaie au théâtre avec Cosima, qui est un échec. 1840. – Sand lie amitié avec Agricol Perdiguier qui lui inspire Le Compagnon du Tour de France. 1841. – Publication de Pauline. « Un hiver au midi de l’Europe » paraît en feuilleton dans La Revue des Deux Mondes. 1842. – Publication de Consuelo et d’Un hiver à Majorque. 1844-1846. – Sand écrit la plupart de ses romans d’inspiration campagnarde : Jeanne, Le Meunier d’Angibault, La Mare au Diable, Le Péché de Monsieur Antoine. Son engagement politique et sa création romanesque sont influencés par la pensée socialiste de Pierre Leroux. 1847. – Elle rompt avec Chopin. Son fils Maurice invente le théâtre des marionnettes, qui atteindra par la suite un perfectionnement extraordinaire. Publication de François le Champi. 1848. – Publication de La Petite Fadette. Le 1er mars, l’écrivain est à Paris, prenant fait et cause pour la Seconde République. Après avoir créé un journal, La Cause du Peuple, elle participe à la rédaction des Bulletins de la République et publie plusieurs pamphlets : Aux Riches, Histoire de France écrite sous la dictée de Blaise Bonnin… Mais, choquée par la répression de juin, elle rentre à Nohant et quitte la scène politique. 1849. – Naissance de sa petite-fille Jeanne. 1850. – Début de sa liaison avec son secrétaire, le graveur Alexandre Manceau, un ami de son fils. 1851. – George Sand se consacre au théâtre : Claudie et Le Mariage de Victorine sont des succès. Elle aide les Républicains poursuivis et exilés. 1853. – Publication des Maîtres Sonneurs. 1854-1855. – Publication d’Histoire de ma Vie. Mort de la petite Jeanne. Georges Sand part pour l’Italie. 1857. – Publication de La Daniella, inspiré de ses souvenirs d’Italie, qui déclenche une polémique franco-italienne. Le 2 mai, Alfred de Musset meurt. George Sand achète une petite maison à Gargilesse, et y vit avec Manceau. Publication de Ces Beaux messieurs de Bois-Doré. 1858-1859. – Gargilesse lui inspire Promenades autour d’un village et un voyage en Auvergne La Ville Noire et Jean de la Roche. La Revue des Deux Mondes publie Elle et lui, hommage à l’amour passionné qu’elle avait éprouvé pour Alfred de Musset. 1860. – Publication du Marquis de Villemer. 1861. – Après une sérieuse maladie, George Sand fait un séjour à Tamaris qui sert de cadre au roman éponyme. 1863. – Naissance de son petit-fils Marc-Antoine. Publication de Mademoiselle La Quintinie, roman anticlérical. Sand commence à correspondre avec Flaubert. 1864. – George Sand et Manceau s’installent à Palaiseau. Mort du petit Marc-Antoine. 1865. – Le 21 août, mort de son compagnon Alexandre Manceau. Publication de La Confession d’une jeune fille. George Sand séjourne auprès de Gustave Flaubert à Croisset. Elle participe avec lui aux « dîners Magny », où ils retrouvent Renan, Sainte-Beuve et les frères Goncourt. 1866. – Le 10 janvier, naissance de sa petite-fille Aurore. Elle retourne à Nohant près de ses enfants. 1868. – Naissance de sa deuxième petite-fille, Gabrielle. 1870-1871. – George Sand se désole de l’occupation prussienne et ne comprend pas la Commune. 1873. – Elle s’occupe surtout de ses petites-filles et écrit pour elles les Contes d’une grand-mère. 1876. – Le 8 juin, George Sand meurt à Nohant. Elle est inhumée dans le cimetière familial en présence de Flaubert, d’Alexandre Dumas fils et du Prince Napoléon. Publication de ses derniers romans : La Tour de Percemont et Marianne, et de la seconde série des Contes d’une grand-mère.

2 résultats affichés

1
    Mon panier
    Majorque
    1 X 6,00 = 6,00